Billet d’humeur de l’Affreux : billet sauve-qui-peut

Ce jour, c’est la grande débandade, c’est la douche froide climatique, c’est le constat cinglant que nous n’avons rien compris aux enjeux de demain. Les Européennes nous démontrent encore une fois que chacun cherche toujours son chat, et ne pense qu’à panser ses intérêts privés, nourrir ses peurs intestines, sa haine de l’autre. Le nationalisme s’impose, les barrières se dressent, les délits de sale gueule s’accumulent, les bavures se bousculent. On n’est pas gâtés, chers Amis Affreux.

Entre un président qui entretien avec vanité, de bon matin, son mépris pour ce peuple qui l’a élu à la plus haute fonction humaine française et non divine comme il le pense en son sein, ce n’est pas très sain ; et cette armée de la hargne menée par la mère Le Pen, on est mal barrés, je vous le dis, parole d’Affreux. L’un comme l’autre ne considèrent que leurs dimensions égo maniaques corporelles, non l’aspect global planétaire et les conséquences de leurs politiques illusoires basées sur un monde qui n’existe plus (celui du profit), ou en passe de disparaître au profit d’un monde en proie à la famine, aux coups de chaud hivernaux, à la fonte des glaces à vitesse lumière, aux océans d’un plastique pas fantastique, aux sols intoxiqués par les déchets radioactifs (planqués en banlieue parisienne, vous ne saviez pas ? Pensez-y avant d’investir dans l’immobilier des Yvelines…), aux tremblements de terre, aux tsunamis, aux typhons et j’en oublie tant c’est la merde. Inutile de visionner les films de Roland Emmerich pour vous faire une idée de ce qui vous attend, il vous suffit juste de patienter les yeux fermés (vous le faites si bien) jusqu’à l’an 2030 environ, et à ce moment d’ouvrir les sphères de votre déni et de prendre les jambes à votre cou vers…

Au passage, j’apprends que les sources légendaires des eaux Vittel commencent à se tarir… Les glaciers n’ont plus rien dans le ventre (Vittel appartient  à Nestlé, géant maqué avec Macron…) J’en connais qui flippent déjà à l’idée de ne plus boire leur eau si pure emballée dans du plastique…

Nous allons payer cher le gaspillage des eaux potables… Un jour, à coup sûr, l’offre « A boire » sera rationnée… Vous pourrez tirer un trait sur la douche mensuelle de votre chien domestique… Cela dit, que l’on se rassure… L’homme a des réserves en eau… Il suffit de taper directement dans les 65% liquides de notre corps.

En attendant, se poursuit le théâtre de l’absurde, les manifestations fourre-tout, un peu beaucoup à la folie nationalistes, des gilets jaunes qui ne savent même plus pourquoi ils défilent, si ce n’est pour emmerder le quidam qui, chaque samedi se demande s’il peut sortir son cul hors de son fauteuil Netflix sans se faire tabasser, au hasard d’une balade consumériste, par un gilet Ricard ou un CRS flicard. Au choix de la mauvaise rencontre, la bévue ou la bavure…

Eh, les gilets jaunes, allez toquer à la porte de ceux qui nous gouvernent : l’Élysée, Matignon, l’Assemblée Nationale, le Parlement européen, bref, les institutions…, et cessez de défoncer les kiosques des libraires qui ne gagnent pas une thune qui ont le malheur de se trouver sur vos pas Attila le Hun, ou, pire, démolir les miettes d’un Paris cadenassé par les grands travaux « haussmanniens » qui défigurent notre putain de capitale à tel point que Jean-Pierre Jeunet ne peut pas y tourner la suite d’Amélie Poulain.

Eh, Macron, lâche ton égo, rentre chez toi, et refile les clés de la France à celles et ceux qui l’aiment (un peu)…

Comme ça, on pourra toutes et tous, enfin se préoccuper des vrais problèmes planétaires.

Affreusement vôtre,

L’Affreux

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :