Billet d’humeur de l’Affreux : billet rayé

Ce jour, j’écoute, Mon Amant de Karma, un morceau de Bertille des Fontaines, vous savez, cette conteuse troubadour qui éveille les âmes poétesses planquées dans d’épais troncs virtuels. Cette chanson, je la télécharge sur Internet et je la passe à perpète, tant je l’aime. Et puis, j’me dis « merde », ils ne seraient pas fiers de moi les disquaires de Gibert Joseph Music, par(ad)is historique du disque niché à Saint-Michel, s’ils me voyaient danser (arthritiquement, j’entends) sur une musique qui n’est pas ancrée matériellement en ce bas monde sur un bon vieux vinyle ou bien, pour ceux qui n’ont pas de thunes, sur un CD mal gravé. Yep, les gars, vous marquez là un sacré point deux poids deux mesures (et hop, entrez dans la danse !) Notre culture, à l’image de nos consciences, se dématérialise peu à peu. À raison ou bien ? Un peu des deux, sans doute. Quand on constate les ravages du temps sur nos Compact Discs (y compris les soi-disant disques inusables), et les rayures qui radotent sur nos précieux vinyles de Pink Floyd, il y a de quoi flipper son son (mon diamant dérape). Il est vrai qu’une chanson immatérielle semble bien immortelle en comparaison de ces supports physiques. Certes… Jusqu’au jour où un pirate de l’espace, ou bien un mutant terroriste prénommé Magneto joue de ses ondes électromagnétiques, ou bien un maillon de la chaîne humaine commet une erreur 404 à échelle planétaire, bref, un type ou la fatalité grecque efface les données de nos mémoires terrestres. Des suites de quoi vient ce jour où notre société est à court de jus pour de bon.

Que nous reste-t-il dans cette ère réelle nouvelle, si ce n’est Bertille des Fontaines et sa guitare troubadour ? Et ces Léo Ferré en herbe, qui viennent chanter leur gloire, tels des gladiateurs en quête d’éternité ? Des ménestrels olympiens qui nous reconnectent à nos émotions et retracent la carte de nos existences ?

Un Affreux qui tourne en boucle sur un air d’A la dérive et qui, au passage, fait la promo des cordes de sa belle.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :